RETOUR


Jean-Michel Blanquer : remuscler le bac, le rendre plus utile

par Pierre Berthet le 05-06-2017

Le nouveau ministre de l'Education veut «remuscler» le bac pour le rendre «plus utile»

EDUCATION Selon le projet d'Emmanuel Macron, les candidats ne passeraient plus que quatre matières principales...


D.B. avec AFP


    • Publié le 04.06.2017 à 21:06
    • Mis à jour le 04.06.2017 à 21:06
  • Le contrôle continu sera renforcé.
  • Le bac devra être plus exigeant.

Il veut moderniser une institution française. Le ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a indiqué dimanche vouloir «remuscler» le baccalauréat pour le rendre «plus utile» aux élèves, afin de leur offrir un «tremplin pour la suite» de leur parcours, davantage qu'une «évaluation finale» à l'issue du lycée.

Dans l'immédiat, a souligné le ministre sur France Culture, «le sujet qui compte c'est le bon déroulement du baccalauréat 2017», qui commencera le 15 juin, pour 700.000 candidats, avec l'épreuve de philosophie dans les filières générales et technologiques.

«Il faut qu'on retrouve son utilité profonde»

Le président Emmanuel Macron avait indiqué pendant la campagne vouloir «moderniser» cet examen. Les candidats ne passeraient plus que quatre matières principales, les autres étant évaluées sous forme de contrôle continu.«C'est un sujet serein qu'on doit ouvrir», a confirmé Jean-Michel Blanquer dans l'émission «Rue des écoles».

«J'ai toujours été un défenseur inconditionnel de l'existence du baccalauréat», a-t-il assuré, «mais je pense qu'il faut qu'on retrouve son utilité profonde, qui est non pas d'être une forme d'évaluation finale de l'élève, mais (...) un tremplin pour la suite de son parcours».

>> A lire aussi : Pourquoi les rythmes scolaires à la sauce Macron risquent de tourner au casse-tête

Le ministre a souhaité être sur ce sujet, comme sur d'autres, «d'un grand pragmatisme, en étant capable de remuscler ce baccalauréat pour lui donner plus de sens et pour le rendre plus utile, tout simplement, pour les élèves». «Le baccalauréat non seulement n'est pas menacé de disparition, mais il a au contraire des perspectives d'évolution pour lesquelles le débat est très largement ouvert», a-t-il insisté, annonçant «des discussions et des concertations dans les temps qui viennent».