RETOUR


SOCIETE. Secrétaire, caissier...Ces cinq métiers voués disparaître

par webmaster le 23-08-2018

SOCIÉTÉ Secrétaire, caissier... Ces cinq métiers voués à disparaître

Quelque 2,1 millions d'emplois en France est menacés par la digitalisation et la robotisation de l'économie : manutentionnaires, secrétaires de bureautique et de direction, employés de comptabilité, employés de la banque et de l’assurance, caissiers et employés de libre-service.

  • Le 22/08/2018 à 12:36
  • mis à jour à 14:45 – Le BIEN PUBLIC.

Selon l'institut, les jeunes étant actuellement en formation de comptable ne pourront exercer ce métier toute leur vie... Photo d'illustration Pixabay/domaine public

D'après une étude de l'Institut Sapiens, 2,1 millions d'emplois en France sont menacés par la digitalisation et la robotisation de l'économie, qui permet certes l'émergence de nouveaux métiers, mais aussi la disparition d'autres.

La vague digitale et technologique 'qui engloutira de nombreux emplois risque d’être socialement néfaste si elle n’est pas anticipée. Ne pas prévoir les métiers qui vont disparaître, c’est risquer une aggravation du taux de chômage et donc un déséquilibre critique de nos comptes sociaux' d'après le rapport, qui cible cinq métiers 'qui ont une forte probabilité de voir leur emploi disparaître dans les prochaines années. Il s'agit de ceux ayant connu la plus forte diminution de leurs effectifs depuis 1986 : manutentionnaires, secrétaires de bureautique et de direction, employés de comptabilité, employés de la banque et de l’assurance et caissiers et employés de libre-service.

Employés de la banque et de l'assurance La banque et les assurances ne comptent plus que 253 000 employés, contre 323 000 en 1986. 'Elle risque, selon nos estimations, de n’en compter plus aucun d’ici 2038 à 2051, soit une véritable extinction prochaine et rapide d’un métier qui embauchait encore près de 2% de la population active il y a 30 ans' assure l'institut.

Secrétaires de bureautique et de direction Les assistants numériques personnels permettent aux dirigeants et cadres d’entreprises de réaliser eux-mêmes bon nombre d’actes administratifs... De fait, cette diffusion et massification de technologies bureautiques accessibles à tous' a entraîné une baisse de 26% des effectifs, les faisant passer de 765 000 en 1986 à 560 000 aujourd’hui' estime le rapport. A ce phénomène s'ajoute celui de 'plateformisation' de ce métier, qui n’est plus forcément 'exercé au sein même des entreprises', mais plutôt 'externalisé vers des prestataires de services'.

Employés de comptabilité Depuis 2004, 'les effectifs ont diminué de près de 23% pour atteindre 300 000 actifs, ce qui s’explique par le développement de logiciels destinés à la comptabilité. La tendance est depuis quelques années à l’externalisation du métier de comptable, à l’instar de celui de secrétaire' estime Sapiens, qui considèrent qu'une seconde vague de diminution aura lieu avec l'arrivée de logiciels intelligents qui pourront effectuer les tâches comptables sans intervention humaine. Plus grave : pour le Think tank, 'les jeunes étant actuellement en formation de comptable ne pourront exercer ce métier toute leur vie, et seront obligés de se réorienter et donc suivre une nouvelle formation au cours de leur carrière'.

Caissiers et employés de libre-service Il s'agit d'un métier réputé ingrat. Il est en tout cas classé parmi les cinq plus pénibles à exercer par la Dares (Direction de l'animation, de la recherche, des études et des statistiques). Sous l'effet de la robotisation, les caisses automatiques se multiplient, ce qui fait inexorablement diminuer la masse salariale dans les supermarchés. 

Manutentionnaires Là encore, il s'agit d'un métier classé parmi les plus pénibles à exercer par la Dares. La manutention, combinant des ouvriers qualifiés et non qualifiés, semble en voie de disparition : 'Depuis 1986, ses effectifs ont fondu de plus de 17% pour atteindre 675 000 actifs contre 811 000 il y a 30 ans' indique le document, en raison notamment de l'émergence de robots manutentionnaires 'utilisés par exemple dans les entrepôts des géants du e-commerce'. (...) Par exemple, 'Baidu, le géant du e-commerce chinois, emploie 60 robots dans ses entrepôts, qui peuvent chacun porter jusqu’à 500 kilos de marchandises, en fonctionnant sans arrêt. Ils ont permis une progression de la productivité de plus de 300%...'