RETOUR


CDD ou CDI, quelle différence de salaire ?

par webmaster le 20-12-2018

CDD ou CDI, quelle différence de salaire ?

La Dares, le service des statistiques du ministère du Travail, répond à cette question dans une étude publiée ce mercredi.

Le contrat à durée indéterminée reste en France le contrat de travail majoritaire. Est-ce pour autant un gage de rémunération plus avantageuse - notamment par rapport au CDD, contrat de travail certes précaire, mais qui offre notamment certaines contreparties sonnantes et trébuchantes, comme l'indemnité de fin de contrat (10% du montant du salaire total brut)? La réponse est oui. La rémunération horaire brute moyenne en CDD est inférieure en moyenne de 14,4% à celle d'un salarié en CDI dans les entreprises de 10 salariés ou plus du secteur privé, selon une étude de la Dares, le service des statistiques du ministère du Travail publiée ce mercredi. Un écart de rémunération qui s'est toutefois réduit par rapport à 2009, où il était en moyenne de 18,5%. Plusieurs éléments permettent d'expliquer cet écart de rémunération entre CDD et CDI.

Une part variable plus avantageuse quand on est en CDI

L'écart de rémunération est lié en partie aux primes et autres compléments de salaire (paiement des heures supplémentaires ou complémentaires, rémunération au titre de l'épargne salariale et des autres éléments n'ayant pas le caractère de salaire) qui représentent 19,1% de la rémunération des salariés en CDI. Alors que pour les CDD, ce supplément de rémunération représente 10,7% de la rémunération brute totale. Les primes d'ancienneté, liées à des contraintes de poste de travail, ou encore les primes de performance individuelles sont moins souvent versées aux salariés en CDD qu'à ceux en CDI. D'après la Dares, 27,8% des salariés en CDD perçoivent des compléments de salaires (13e mois, avantages en nature, primes de fin d'année, de vacances et prime de précarité), alors que les salariés en CDI sont deux fois plus nombreux à en bénéficier.

Des salariés en CDD plus jeunes et sur des postes moins qualifiés

Une autre explication pour comprendre cet écart de rémunération entre CDD et CDI tient à l'âge et à l'ancienneté dans l'entreprise. La moitié des salariés en CDD ont moins de 30 ans (50,3 %), contre seulement 15,8% des salariés en CDI. En outre, 76,7% des salariés en CDD ont moins de deux ans d'ancienneté dans leur entreprise, contre 14,6% des CDI. «La rémunération est évidemment plus faible pour les jeunes sans ancienneté», souligne la Dares qui précise aussi que cet écart «peut refléter des effets de sélection lorsque le CDD est utilisé comme un moyen pour tester les salariés avant leur recrutement en CDI».

» LIRE AUSSI - Emmanuel Macron permet à quatre salariés d'obtenir un CDI

Entre un junior en CDD et un junior en CDI, l'écart de salaire est toutefois plus limité. «Parmi les jeunes salariés de moins de 30 ans, le différentiel de rémunération n'est que de 3,1 %» précise le service statistique. Idem pour ceux ayant peu d'ancienneté dans l'entreprise. Ils perçoivent des rémunérations horaires moyennes proches d'un CDD. L'écart (2,8%) reste toutefois toujours favorable aux salariés en CDI.

La taille de l'entreprise et le secteur jouent

Au sein des grandes entreprises (500 salariés ou plus), les écarts se creusent aussi. Les CDI, qui perçoivent en moyenne 20,2 euros de l'heure, gagnent en moyenne 23,4% de plus que les CDD. La quasi-totalité (96%) perçoit des composantes variables de rémunération contre 72% des salariés en CDD. En revanche, l'écart est moins sensible dans les plus petites entreprises (10 à 99 salariés) où les CDI sont moins nombreux à toucher des compléments de rémunération (89,3% pour les CDI, contre 64% pour les CDD). Autre élément qui peut explique les écarts de rémunération: le secteur. Les salariés en CDD sont surreprésentés dans les services marchands (67%, contre 43,7% pour les salariés en CDI) où le temps partiel est important (28,2% des salariés).

Pour les plus bas salaires, moins de différences

Parmi les 10% de salariés les moins bien rémunérés, les rémunérations des CDI ou des CDD sont presque équivalentes. L'écart est de 2,3 %, toujours en faveur du CDI. Parmi les postes d'employés et d'ouvriers non qualifiés, plus répandus parmi les salariés en CDD, l'écart de rémunération en faveur du CDI est aussi relativement faible (+4,4 % pour le CDI). Les CDD sont surreprésentés parmi les petits salaires: 10,4 % des employés parmi les petits salaires travaillent avec ce contrat, contre 5,4 % tous niveaux de rémunération confondus.