RETOUR


Spécificités du secteur hôtelier : constat et interrogations

par webmaster le 23-05-2017

Spécificités du secteur hôtelier. Constat et interrogations …

. Le nouveau gouvernement ne prône pas du tout la formation initiale mais bien au contraire favorise la formation par l’alternance… Aucun espoir donc concernant la formation initiale….

.Rappelons que nous sommes l’un des rares pays au monde où le tourisme et l’hôtellerie ne sont pas reconnus comme une science d’un point de vue académique. Ce qui constitue une entrave pour tous ces doctorants en herbe. C’est un comble pour un pays qui se positionne comme le premier pays touristique du monde.

. Le tourisme … n’est pas la préoccupation en France. L’Europe s’en occupe déjà, en déclarant des zones d’agriculture ou de pêches comme des zones touristiques muselant notre pays de toute ressource enrichissante.

C’est essentiel de prendre la défense des jeunes et du pays !

Peut-être commence-t-on à percevoir des limites dans les recrutements en voie techno… ? Il serait intéressant en 2018 d’analyser la première session du bac STHR (effectifs, nature des épreuves, réalité de la poursuite d’études). Bien que cela soit difficile alors qu’à ce jour on ne possède pas les conditions précises de l’évaluation un an avant les épreuves alors que les deux tiers de la formation est réalisée.  Pour ce dernier point on peut déjà s’inquiéter sur le retard pris dans la rénovation des BTS…

Pour le CAP rénové dans domaine du service comment peut-on considérer à ce niveau, eu égard aux métiers si on peut l’admettre du café brasserie). C’est exact pour une partie du domaine des connaissances commerciales mais sauf à ne pas vouloir insérer des jeunes dans ces métiers d’exécution, les savoir-faire et les postes (en salle, en chambre ou hébergement de toute nature) y sont forts différents ! Le domaine de l’hôtellerie (hébergement) est particulièrement menacé avec la suppression du CAP services hôteliers et la forte réduction des horaires consacrés à ce champ dans le bac STHR. Peut-être veut-on confier la remise à blanc des chambres à des robots ?