RETOUR


Santé. Vrai ou faux ? 10 idées reçues sur le Cancer

par webmaster le 05-02-2018

Vrai ou faux ? 10 idées reçues sur le cancer

À l’occasion de la journée mondiale contre le cancer, Le Figaro répond à 10 questions sur ces maladies.

Faut-il faire plus de sport? Réduire sa consommation d’alcool? Les soutien-gorge sont-ils dangereux? Toutes ces questions autour du cancer nous concernent car avant 85 ans, 1 homme sur 2 et 1 femme sur 3 seront diagnostiqués pour cette maladie. La journée mondiale contre le cancer a lieu le 4 février prochain, l’occasion de revenir sur les idées reçues autour de ces pathologies.

? 1. Le nombre de cancers est en constante augmentation

Vrai et faux. Le nombre de nouveaux cas est estimé entre 385.000 et 400.000 en France chaque année. En raison de la généralisation du dépistage de certains cancers, de l’amélioration des techniques de diagnostic et du vieillissement de la population, ce chiffre a longtemps augmenté. Désormais, la courbe commence à s’inverser. En effet, depuis 2005, le nombre de nouveaux cas par an a diminué de 1,3% pour les hommes, et il reste stable chez les femmes. Il en va de même pour le nombre de décès, qui diminue de 1,5% par an chez les hommes et de 1% dans la population féminine.

Cependant, ces chiffres ne se vérifient pas au niveau mondial. D’après l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), le nombre de nouveaux cas devrait augmenter d’environ 70% au cours des 20 prochaines années. Plusieurs facteurs expliquent ce phénomène: le vieillissement de la population, l’obésité, le manque d’exercice physique, une alimentation déséquilibrée, le tabagisme ou encore la pollution atmosphérique favorisent le développement de cancers. Selon l’OMS, 8,8 millions de personnes y ont succombé dans le monde en 2015, ce qui fait des cancers la deuxième cause de décès.

? 2. Arrêter de fumer est la meilleure façon de réduire les risques Vrai. Le tabac est le premier facteur de risque évitable de mortalité en France. Plus de 73.000 décès par an lui sont imputables. Il augmente bien évidemment les risques de cancers du poumon et des voies aériennes, mais également au niveau ORL, de la vessie, du pancréas, de l’estomac, du col de l’utérus, des ovaires et du sein. Les cigarettes light ou avec moins de goudron sont toutes aussi nocives et les risques de cancers débutent dès la première cigarette.

» LIRE AUSSI - Non, il n’existe pas de preuve que la cigarette électronique augmente le risque de cancer.

? 3. Jeûner ou adopter un régime alimentaire particulier peut aider à guérir du cancer Faux. Aucun régime alimentaire spécifique n’a scientifiquement prouvé son efficacité pour guérir du cancer. La chimiothérapie fait perdre beaucoup de poids aux patients, le jeûne ne fait qu’accentuer cet affaiblissement général. Il en va de même du régime sans viande rouge ou de la diète cétogène (plus de gras et moins de sucre), qui induisent de surcroît une malnutrition. Les professionnels de santé recommandent au contraire de suivre un régime alimentaire équilibré.

? 4. On peut soigner un cancer avec de simples comprimés

Vrai et Faux. Les chimiothérapies se présentent de plus en plus souvent sous forme de comprimés. Cependant, cela dépend du type de cancer et plusieurs médicaments combinés sont souvent nécessaires, certains sont uniquement dispensés par intraveineuses.

? 5. Manger trop gras et trop sucré favorise le développement de cancers Vrai. Aux États-Unis, près de la moitié des cancers de l’utérus sont liés à l’obésité, indique à l’AFP Claire Falandry, professeur en onco-gériatrie. Par ailleurs, l’activité physique joue un rôle important dans la prévention de maladies comme le cancer. Une récente étude a en effet démontré que 30 minutes de sport par jour pourraient réduire de moitié les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer.

» LIRE AUSSI - Pédaler réduit les risques de crise cardiaques et de cancer

? 6. Porter un soutien-gorge ou se mettre du déodorant favorise le cancer du sein Faux. Une étude avait pu montrer le lien entre exposition aux sels d’aluminium et cancer du sein. Cependant, il s’agissait d’une expérience menée sur les souris et dans des conditions expérimentales. Depuis, et malgré plusieurs études bien menées, aucun lien n’a pu être scientifiquement démontré entre déodorants et cancers. Pour ce qui concerne le soutien-gorge, il en va de même, aucune étude ne prouve de lien.

? 7. Le cancer du sein ne touche que les femmes Faux. Les hommes eux aussi ont des seins, certes moins développés que chez les femmes, mais peuvent donc également être touchés par cette maladie. Les cas restent néanmoins rares car le cancer du sein représente moins de 1% des cancers touchant les hommes. La prise en charge est généralement la même que pour les femmes.

? 8. Les femmes peuvent avoir un cancer de la prostate Faux. Les femmes ne possèdent pas de prostate. Par contre, elles ont des glandes de Skene, qui constituent l’équivalent de la prostate masculine. Celles-ci sont situées entre le vagin et l’urètre et tout le long de ce dernier. Elles sont responsables de la fabrication du liquide libéré pendant l’orgasme. Il est très rare, mais possible, qu’un cancer se développe au niveau de ces glandes. Le diagnostic est cependant très difficile.

? 9. Certaines professions favorisent le développement de cancers Vrai. Les professions s’exerçant en plein air et exposées au soleil, comme dans le cas des marins ou des agriculteurs, sont particulièrement vulnérables au développement de cancers de la peau. Par ailleurs, tous les travailleurs exposés à l’arsenic, au goudron, aux huiles minérales, aux rayonnements ionisants ou à l’amiante accroissent leurs risques de développer ces maladies. Les menuisiers et ébénistes, soumis aux fines particules de bois peuvent également développer des cancers des voies aériennes et respiratoires. Enfin, une récente étude a montré l’impact du travail de nuit dans le développement de cancers.

? 10. L’alcool ne joue aucun rôle dans le développement de cancers Faux. D’après de récentes études, en ne buvant qu’un verre de vin par jour, les risques de développer un cancer augmentent de 9% à 168% selon sa localisation. Par ailleurs, environ 11% des cancers chez les hommes et 4,5% chez les femmes seraient imputables à l’alcool. De plus, il a scientifiquement été prouvé que l’alcool modifie notre ADN, facteur déterminant du développement de la maladie.

La rédaction vous conseille